Laurence, adhérente de l’association témoigne de son algo

Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. Cédric dit :

    Bonjour Laurence, votre témoignage m’a beaucoup touché, je suis passé par les mêmes épreuves que vous mais la recherche de ma pathologie a été plus complexe. J’ai subi 2 accidents, l’un domestique en février 2016 (entorse grave et fracture passée inaperçue!) et l’autre au travail en février 2017 (petite entorse mais chute sur le dos). Et c’est bien le 2ème accident qui a eu des conséquences quasi irréversibles. Mon précédent généraliste est même allé jusqu’à dire que c’était psychosomatique et j’ai fini par y croire durant une année, rythmée par les antalgiques, la glace et le kiné. C’est une succession d’erreurs médicales, d’incompétences, de manque d’écoute et d’empathie du patient qui “inventerait” des douleurs, qui m’ont conduit à un sentiment profond d’injustice. Et toutes les conséquences sur le plan professionnel, avec l’incompréhension de la GRH et des collègues de travail qui s’improvisent médecins et spécialistes…A ce jour je n’ai toujours pas de prise en charge correspondant à ce que je vis réellement puisque rien de tel n’apparait sur les multiples examens que j’ai pu faire. J’ai perdu beaucoup trop de temps. L’expertise médicale a meme reconnu que j’étais consolidé contre l’avis de bien des spécialistes ! L’Administration n’a reconnu que “partiellement” mon AT. On m’a même conseillé de ne pas donner suite pour me concentrer sur ma guérison, c’était “le pot de terre contre le pot de fer”. Actuellement je fais une demande de congé longue maladie auprès de mon Administration (je travaille en douane) mais je suis pessimiste sur la reconnaissance de mon affection tant elle est trop souvent méconnue ! Je ferai un retour sur mon expérience sur le site, comme vous l’avez fait car je me suis senti moins seul en vous lisant…il y a peut être un petit regain d’espoir même si trop de temps s’est écoulé dans cette recherche de diagnostic et l’évolution est plutot négative pour moi. Certains kinés ont même aggravé mes douleurs…Cette maladie se heurte souvent à la complexité d’en établir un diagnostic et surtout à l’absence d’une prise en charge psychologique. J’espère que nous pourrons continuer d’échanger sur ces thématiques et notamment sur la gestion de la douleur à long terme. Je note l’acupuncture et le shiatsu.

  2. Catherine Traba dit :

    Avec mon algo depuis 1 an et demi à la cheville Je me sens tellement proche de ton témoignage…

  3. henriprez dit :

    bonsoir à vous, j ai peut être aussi cette maladie , en attente…. je voulais savoir si il y a une douleur quasi quotidienne et de nuit, et intense aussi ?
    merci à vous et bon courage à tous

  4. Bonjour,
    Oui l’algodystrophie provoque des douleurs en continue, jour et nuit. En première phase, il y a aussi des troubles visibles du membre atteint tel que sudation, œdème, rougeurs…
    Bon courage,
    Nadège webmaster de l’assoCiation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *